Blog de Savoie & Piedmont

Le gateau de Savoie à la cour d'Amédée VI (extrait du livre Savoie)

Raconté par Estella canziani

L'origine de l'étrange gâteau « château » qui trouva son nom en Savoie est généralement inconnue. C'est le premier gâteau que réalisa le cuisinier à la cour d'Amédée VI, plus communément appelé le Comte Vert, du fait des habits verts qu’il portait toujours.

Au XIVe siècle, les comtes de Savoie étaient les vassaux féodaux de l'Empire, et Amédée VI gouverna la Savoie durant l'Empire de 1373 à 1383. L'Empereur Charles IV décida de l'honorer d'une visite à Chambéry qui était alors la capitale du fief.

La réception qu'on lui donna fut, selon tous les commentaires, parmi les plus magnifiques, car Amédée qui était renommé pour sa chevalerie et sa courtoisie autant que pour la splendeur de sa cour était décidé à n'économiser aucun effort pour impressionner son suzerain en déployant tous les signes extérieurs de loyauté.

Ce fut à l'un des banquets donnés en l'honneur de l'Empereur que le célèbre gâteau fit son apparition. Le banquet avait été servi dans la grande cour du château, et après le dessert, l'Empereur et sa suite virent avec surprise un chevalier masqué, habillé de vert, entrer dans la salle portant un gâteau monumental qui représentait le fief de Savoie avec ses montagnes couvertes de neige et ses vallées profondes, le tout étant surmonté d'une couronne impériale. L'Empereur fut flatté de la délicate attention et demanda son nom au chevalier inconnu. À cet instant Amédée retira son masque et salua son maître.

Le gâteau s'avéra être excellent, et à chaque banquet par la suite, il fut servi un gâteau ayant quelque forme nouvelle et fantastique dont l'arrivée était toujours saluée par les applaudissements de l'entourage impérial. L'Empereur était ravi de la façon dont il fut reçu et, comme marque insigne de sa faveur, il nomma le comte Vicaire Général de l'Empire.

Ce même Comte fut le premier dirigeant de Savoie à faire frapper des pièces d'or. Sur une face, il y avait l'inscription « Amédeus di gras comes » et sur l'autre la représentation de Jean-Baptiste, le Saint patron de la Savoie.

Dans les villages éloignés où nous sommes allés, nous n'avons jamais eu la chance d'obtenir un gâteau de quelque sorte que ce soit, encore moins un gâteau de Savoie.

Nous vivions principalement de pommes de terre, carottes, soupe de légumes, parfois du chamois ou même du mouton, et ce dernier était supposé être un grand régal. Lorsque nous avions du mouton, il était plutôt extrêmement coriace, ayant été abattu le jour même. Souvent dans nos sorties, nous avons vu les femmes travaillant la laine et la peau de cet animal pour en faire des vêtements ou des chaussures.

Nous avions aussi des œufs, des cardons qui avaient plus le goût de choux que de toute autre chose, et des « béguins ». Les béguins sont des petites boules de beignets de pommes de terre qui sont très bons quand ils sont chauds.

AUTRES EXTRAITS A SUIVRE...

Pour en savoir plus .... : https://www.livresavoie.com/

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Nous suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now